CENTRE DE REFERENCE
MALADIE DE RENDU-OSLER

Service de Génétique
Hôpital Femme - Mère - Enfant
Bâtiment A1 - 4éme étage
Groupement Hospitalier Est
59 Boulevard Pinel
69677 BRON Cedex
Tél. 04 27 85 65 25
Protocoles de Recherche Clinique - Etudes à venir ou en cours

  • EPICURE

    Efficacité du Nintedanib par voie orale pour le traitement des épistaxis dans la maladie de Rendu-Osler. Etude nationale, randomisée, multicentrique de phase II.
    Les inhibiteurs de la tyrosine kinase sont des molécules administrées par voie orale qui ciblent plusieurs récepteurs des facteurs impliqués dans la régulation de l'angiogenèse. Dans la maladie de Rendu-Osler, deux cas de patients traités avec le pazopanib et le nintedanib ont été publiés avec des résultats encourageants. Par ailleurs une étude clinique sur 7 patients traités avec le pazopanib a montré une amélioration des épistaxis. Ces résultats et les mécanismes d’action des inhibiteurs de tyrosine kinase nous incitent donc à mener une étude clinique pour évaluer l’efficacité du nintedanib dans le traitement des épistaxis chez les patients atteints de la maladie de Rendu-Osler. Cette étude est réalisée en collaboration avec les centres de compétence, 60 patients participeront et les inclusions réalisées dans 10 centres. Le traitement, par voie orale, pour l’étude sera de 300 mg de nintedanib ou placebo (30 patient dans chacun des groupes) par jour, administré en deux prises (2 x 150 mg) espacées de 12 heures. La durée de participation est de 24 semaines, 12 semaines de traitement et 12 semaines de suivi. Ce projet est financé par PHRC National avec le soutien du laboratoire Boehringer Ingelheim qui fournit le médicament. La promotion est réalisée par les Hospices Civils de Lyon. Date de début programmée au troisième trimestre 2019.

  • Etude CONCERTO

    La grossesse chez les patientes atteintes de la maladie de Rendu-Osler est considérée à haut risque. En effet, des complications sévères (insuffisance cardiaque, hémorragie intracrânienne ou pulmonaire et un accident vasculaire cérébral) ont été rapportées chez certaines femmes atteintes de la maladie de RO durant leurs grossesses (Shovlin et al. 2008). Ces complications surviennent le plus souvent au cours des deuxième et troisième trimestres lorsque les changements maternels tels que la vasodilatation périphérique et l'augmentation du débit cardiaque sont à leur maximum. Des études sur ce sujet ont été menées, le plus souvent de manière rétrospectives (avec des effectifs variant de 40 à 97 patientes) et mettent en évidence l’importance d’un dépistage précoce des complications et d’une prise en charge spécifique (Shovlin et al. 2008 ; de Gussem et al. 2014). Le but de cette étude est de décrire les complications obstétricales et néonatales chez les patientes atteintes de la maladie de Rendu-Osler. Cette étude sera menée au centre de référence à Lyon sur 1 an de manière rétrospective à travers un questionnaire téléphonique. Les premières patientes ont été incluses en octobre 2018.

  • Etude ELECT-RO

    Les épistaxis, télangiectasies cutanéomuqueuses et autres symptômes de la maladie de Rendu-Osler affectent significativement le quotidien des patients, leurs relations sociales et leur vie professionnelle. De nombreux outils de mesure de la Qualité De Vie (QDV) existent mais ils sont le plus souvent généralistes et donc ne permettent pas de prendre en considération les particularités des pathologies et de leurs symptômes ni d’avoir une vision fine de leur impact sur la QDV. Il semble cependant important de pouvoir évaluer cet impact, d’en déterminer la nature et de le quantifier afin de pouvoir adapter une proposition de prise en charge des patients présentant une maladie de Rendu-Osler. Et seule l’élaboration d’une échelle de mesure de la QDV spécifique à la maladie de RO et validée permettra d’accéder à ces informations. Cette étude est menée dans 20 centres avec la participation de 600 patients pendant 33 mois. Les premières inclusions ont débuté en janvier 2019.

  • TACRO :

    Efficacité et tolérance du Tacrolimus 0.1% en pommade nasale pour le traitement des épistaxis dans la maladie de Rendu-Osler. Etude multicentrique randomisée en double insu contre placebo (ratio 1 :1).
    Le tacrolimus est un immunosupresseur. Il existe sur le marché sous forme de pommade, Protopic® 0.1%, pour le traitement de l’eczéma. Ses propriétés anti-angiogéniques (qui limitent la prolifération des vaisseaux) en font une option thérapeutique intéressante dans la maladie de Rendu-Osler. Cet essai sera mené dans trois centres : Lyon, Montpellier et Clermont-Ferrand avec la participation de 48 patients pendant 18 mois. La pommade, actif ou placebo, sera prescrite au patient pour 6 semaines de traitement avec une posologie de 2 administrations dans chaque narine par jour. L’attribution du traitement actif ou placebo (la moitié des patients) se fait au hasard et en aveugle. La période de suivi est de 6 semaines après la fin du traitement. Les premiers patients seront inclus en mai 2017.

  • BABH :

    Efficacité et tolérance du Bévacizumab pour le traitement des hémorragies sévères chez les patients porteurs de la maladie de Rendu-Osler. Etude nationale, randomisée, multicentrique de phase III.
    Le bevacizumab est un anticorps utilisé et prescrit pour son action « contre la formation de nouveaux vaisseaux » dans le traitement de certains cancers. Dans la maladie de Rendu-Osler son efficacité a pu être démontrée chez les patients ayant une atteinte hépatique sévère avec un retentissement cardiaque. Il est aujourd’hui important de montrer, dans le cadre d’un essai clinique, l’efficacité du bévacizumab sur les hémorragies sévères liées à cette pathologie (digestives et/ou épistaxis), nécessitant des transfusions itératives. Cette étude est réalisée en collaboration avec les centres de compétence, 24 patients participeront et les inclusions réalisés dans 4 centres : Lyon, Montpellier, Ambroise Paré et Angers. Le traitement, par voie intraveineuse, comporte 6 injections toutes les 2 semaines, l’attribution du traitement actif (5 mg/kg) ou placebo (sérum physiologique pour la moitié des patients) se fait au hasard et en aveugle. La durée de participation est de 6 mois, 2,5 mois de traitement et 3,5 mois de suivi.

  • Tempo :

    Efficacité du timolol en administration nasale pour le traitement des épistaxis dans la maladie de Rendu-Osler.
    Les bétabloquants (tel que le timolol) ont des propriétés anti-angiogéniques qui ont été montré en dermatologie. L’intérêt de ce produit dans la maladie de Rendu-Osler n’a été que peu étudié et il semble intéressant de le tester en spray nasal pour le traitement des épistaxis. Cet essai sera mené au niveau régional avec la participation de 58 patients recrutés à Lyon sur 2 ans. Le produit, actif ou placebo (la moitié des patients), sera prescrit au patient pour un mois de traitement avec une posologie d’une pulvérisation dans chaque narine 3 fois par jour. L’attribution du traitement actif ou placebo sera fait au hasard et en aveugle. La période de suivi est de 6 mois après la fin du traitement.




  • Site des Hospices Civils de Lyon FAVA
    Filière des Maladies Vasculaires Rares
    avec atteinte Multisystémique
    AMRO


    Centre National de Référence - Maladie de RENDU-OSLER